L’Aïkido Club Dijonnais

Mise à jour

23/04/2018

 

Nombre de visites

ï

Accès et Contacts

Salle omnisport Dojo Epirey

Allée Marius Chanteur
21000 Dijon
 06 20 43 04 13

 

Horaires des cours

Mardi  19H00 / 21H00

Jeudi  19H00 / 21H00

Samedi  10H00 / 11H30

Ce cours est Facultatif suivant demande et nombre de participants (6 mini)

 

Liens Partenaires

Liens externes

Chaine Aïkido Club Dijonnais

Place au prof :

Quelques mots de Michel qui nous propose sa vision de cette discipline 

 

Développer la capacité d’adaptation

 

Dans l’enseignement analytique de type occidental l’élève a une attitude beaucoup plus passive que dans l’enseignement synthétique de type oriental. Les mouvements y sont analysés, disséqués, quasiment prédigérés par le professeur. L’élève n’a plus qu’à reproduire ce qu’un autre a vécu à sa place, ce qui donne des mouvements beaucoup moins vivants, stéréotypés, certes d’une acquisition peut-être plus rapide et conduisant plus vite à une réussite aux examens, mais c’est bien là le seul avantage. Quand un tel enseignement est donné dans un club, s’il y a 20 élèves qui travaillent, on verra 20 fois se réaliser la même technique, comme si les élèves étaient les clones du professeur. Ce qui, en tant qu’enseignant n’est pas vraiment mon objectif…

L’expérience nous apprend que chaque instant de la vie est unique et ne se reproduit jamais deux fois. Ainsi chaque attaque est unique, et dépend de multiples paramètres. A ce titre elle demande une réponse appropriée unique. Donc une technique ne doit pas être un schéma figé que l’on vient calquer d’une manière stéréotypée sur une attaque toujours identique, mais la réponse exacte à une situation donnée.

C’est la raison pour laquelle l’objectif de l’enseignement traditionnel oriental est de rendre le mouvement vivant, de développer chez l’élève la créativité et la capacité d’adaptation. L’élève est placé dans une situation où il ne reproduit pas ce que le professeur a fait, mais où il est capable de s’adapter à l’attaque qu’il subit.

Le professeur donne donc peu de renseignements sur des détails comme la position d’un pied ou d’un doigt, mais va plutôt insister sur les notions de distance, de placement du centre, de rythme, de respiration, d’écoute de l’autre. L’élève est amené à sentir plus qu’à comprendre. Et il est ainsi amené à découvrir la vraie nature de l’aïkido qu’exprimait Maître Nocquet par ces mots : « Ce n’est pas moi qui fait le mouvement, le mouvement se fait à travers moi, à mon insu, spontanément, comme un petit enfant lâche une balle. »